Big Mother is watching us !

Le présent article fat une étude de cas autour de l’objet connecté « Mother ».

Introduction

« Mother » est un objet connecté du secteur domotique qui permet la captation autonome de données privées au sein d’un foyer et l’interprétation et restitution de celle-ci à ses habitants. Or la domotique, secteur dont elle fait partie, soulève nombre d’enjeux éthiques, sociologiques et sociétaux que « Mother » nous permet d’étudier. Parce qu’il peut aisément entrer dans les travers de la surveillance mais révèle aussi toute une évolution comportementale due tant à la multiplication des identités virtuelles qu’à la limite « floue » de l’intimité numérique, le secteur de la domotique est particulièrement intriguant. Le paradoxe de l’espace intime connecté et du cadre collectif surveillé qu’il porte touche tour à tour à la conception sociologique de l’intimité du foyer, la culture de l’autosurveillance, les valeurs libertaires et l’accoutumance au ludique sécuritaire.

Pour résumer le concept de foyer connecté et les transformations comportementales qu’il sucite, nos usages révèlent une tolérance de plus en plus grande à la surveillance. Cette tolérance croissante entraîne une déformation de nos valeurs libertaires et de nos relations intimes aux proches. Ces transformations radicales pourraient être atténué avec l’éducation des citoyens aux produits qu’ils consomment, et la production d’objets quotidien pensés davantage dans une sociologie de l’intime. Par ailleurs, il est urgent d’adapter une législation au réalité numérique de sorte que la vie privée reste protégée et accéssible aux ayant-droits -quand, à l’heure d’aujourd’hui, elle leur échappe considérablement.

Vous pouvez commencer la lecture de l’article !