Des états d’âmes des peuples

Une expérience que, comme bon nombre, j’ai récemment vécue, m’amène à cet écrit. Alors que je discourais avec qui des amis militants, qui des collègues qui des connaissances, je m’étonnais d’entendre partout informations, arguments et points de vue similaires. Or ce qui m’intrigua le plus, et c’est l’objet de ce discours, est que de manière très générale les sentiments eux aussi étaient partagés…

Le postulat de cette article est que nos décisions et émotions sont influencées, non par une pensée dominante de masse ou une manipulation dirigée mais par un un état d’âme collectif qui n’est crée par personne mais que nous nous partageons rétroactivement. Ainsi dans une boucle infini, nous nous complaisons dans un états émotionnel et réflexifs que nous échangeons constamment même si les actions et idéologies seront nuancé d’une individuation à l’autre.

Le seul moyen d’échapper à cet état est de rester toujours vigilant aux répétitions d’idées et d’actions auxquels nous sommes enclin. De refuser de nous laisser guider par nos propres censures et auto-manipulation. Et de retrouver un équilibre entre produit du sens, objet d’affect et sujet de pensée.

Une société qui développe la guerre produira des guerriers et les guerriers construiront cette société.
Une société qui entretient le désespoir produira des désespérés et les désespérés nourriront cette société.
Une société qui se morfond de la mort produira des mortifaires et les morts enterreront cette société.

L’article complet est disponible via ce lien : etats-d-ame-peuples