Jouer la Science !

De 2016 à 2017, j’ai monté une recherche à la croisée du design et des sciences cognitives. Voici l’aboutissement de cette année d’étude.

Introduction

Le projet de ce mémoire a deux ambitions. Son but premier est d’appréhender la recherche en design avec le pretexte d’une étude à la croisée des disciplines. Cette étude propose une approche pluridisciplinaire entre le design et les sciences cognitives afin de comprendre le fonctionnement du regard, pour mieux imaginer de nouvelles interfaces et supports de lecture numérique. L’un des questionnements clés qui motive cette recherche vient du constat intuitif que les interfaces numériques proposées à nos contemporains sont à la fois de plus en plus mobiles, mais aussi de plus petite échelle, là où les interfaces antérieures appartenaient davantage à une échelle importante qui imposait la fixité. L’expérience du contenu que présente l’interface en est sensiblement modifiée. Par exemple, pour une même fonction immersive, une salle de cinéma ou un occulus rift induisent des stratégies de regard très différentes, donc des postures et des usages différents.

La perception du contenu semble, d’un dispositif à l’autre, fortement modifiée. Mais est-elle dénaturée par un changement d’échelle ?

Bien en amont de toute conception ou de prototypage, cette recherche étudie la manière dont une image est perçue à différentes échelles. Elle analyse plus particulièrement le parcours visuel lors de la lecture d’une image abstraite. L’abstraction° évite le biais que la figuration pourrait induire, à savoir la description immédiate d’éléments interprétables.[1] Sa finalité est de découvrir s’il y’a une déperdition de la qualité sensorielle liée aux changements d’échelle et de support. On présuppose cependant que la qualité de l’expérience vécue sera moindre dans le cas d’une échelle réduite. Ainsi deux expériences basées sur les outils des sciences cognitives seront présentées.

Mais avant de donner les tenants et les aboutissants, le présent écrit vous invite à découvrir les natures des sciences du design et des sciences cognitives, leurs histoires et leurs orientations contemporaines. Prenant le parti de l’interdisciplinarité, il présente l’étude de cas de cette rencontre entre ces deux pluri-disciplines et tire quelques enseignements aux travers d’outils laissés à votre disposition. Il expose ensuite les résultats de l’étude de cas menée au cours des derniers mois et ouvre sur de nouveaux imaginaires pour les interfaces.

Vous pouvez, dès lors, lire ce mémoire.