LungWood

Comment laisser une trace matérielle de notre existence ? Cette question nous nous la somme posée, la designer Lara Bourrel et moi, en réalisant le projet d’art LungWood. Nous réfléchissions, à l’époque, à la manière dont le numérique peut permettre la conservation de la trace du vivant. Le souffle nous semblait être une bonne représentation de ce vivant à la fois furtif et répétitif. La dimension poétique que nous souhaitions exprimer s’est affinée. Ainsi nous avons réalisé  l’oeuvre interactive LungWood. Elle reposait sur la captation du souffle qu’un programme traduisait en forme visuelle pour être finalement gravé au laser dans le bois.

Cette expérimentation artistique, loin de s’exprimer dans la seule pratique de l’art, est directement liée à d’autres de mes projets comme Éphéméride ou l’essais Risquons nous de perdre notre mémoire numérique ?