Plateforme du réseau des PAI

Lors de mes études au Centre Michel serres pour l’Innovation, j’ai travaillé sur un projet de six mois commandité par le CNAM et le château de Luneville. L’enjeu du projet était de trouver une solution à la perte de dynamisme des patrimoines bâtis en France. Notre équipe, composé d’historiens, de designers, d’ingénieurs et d’économistes, a développé une solution basée sur la force du réseau. Après avoir identifié les enjeux des différentes typologies de patrimoine bâti en France, nous avons convenu que les plus fragiles étaient ceux dont la grande superficie offrait une variété d’espaces disponibles mais dont la “valeur” historique, architecturale ou patrimoniale ne détenait pas suffisamment de visibilité et de renommée pour attirer une importante communauté de visiteurs. Ces patrimoines étaient souvent contraint par  un territoire présentant un dynamisme et un rayonnement restreint.

Nous les avons définis par le sigle PAI (Patrimoine d’Attractivité Intermédiaire). Pour les aider à s’extirper des situations logistiques et financières complexes et accroitre leur visibilité et leur attractivité, nous avons opté par la création d’un réseau d’entraide entre ces différents patrimoines. Pour ce faire, nous avons imaginé une plateforme numérique et un guide d’utilisation et de création du réseau. Par la suite le projet a permis de lancer un cycle de recherche de 18mois par la Caisse des Dépôts et Consignation.